Le Service Après Vente (SAV) est une technique très prisée par les entreprises ou sociétés. Il est utilisé par ces dernières dans le but de fidéliser la clientèle. Au regard de leurs moyens, certaines entreprises décident de le gérer en interne ou de l’externaliser. Toutefois, l’externalisation du SAV peut comporter de nombreux risques. Quels sont donc les inconvénients de l’externalisation du SAV ?

Un service de qualité moyenne

Lorsque vous êtes en entreprise, la satisfaction de votre clientèle est davantage une priorité. Cela passe alors par la réalisation d’un service de haute qualité. Externaliser votre SAV ne vous permet pas d’avoir une mainmise sur ce qui est de la gestion de la clientèle. De ce fait, certaines lacunes peuvent se glisser dans les processus mis en place par le prestataire externe. Ce genre de situations peut avoir de nombreuses répercussions sur votre activité.

Perte de confidentialité des informations

Recourir à un partenaire externe pour la gestion du SAV pourrait conduire à la perte de confidentialité. En réalité, en externalisant votre service après-vente, votre partenaire aura accès à certaines données sensibles de votre activité afin de mener à bien sa mission. La confidentialité de ces informations peut ainsi être compromise à tout moment. Voilà pourquoi il est recommandé de faire signer une charte de confidentialité avec votre prestataire externe pour garantir la non-diffusion de vos informations.

Lire :   Que couvre une assurance habitation professionnelle ?

Perte de l’image de l’entreprise

Les valeurs de l’entreprise permettent de construire ou de donner une image de marque à cette dernière. En optant pour l’externalisation du SAV, la gestion effectuée des plaintes et recours de vos clients n’est plus de votre ressort. À ce niveau, il faut noter que le prestataire externe ne pourra pas toujours suivre fidèlement les directives que vous lui aurez imposées. De ce fait, votre entreprise pourrait donc perdre ses valeurs initiales et son image.

Mésentente entre les prestataires et l’entreprise

La venue des salariés du prestataire peut créer de petites mésententes au sein de l’entreprise. Il va se passer un choc culturel entre les deux camps. Il y aura les salariés de l’entreprise qui ont une manière originale et personnelle de travailler. Les salariés du collaborateur qui ont un plan de travail bien détaillé. Ce plan ne cadre pas nécessairement avec les valeurs et réalités de base de la boîte.

Les divergences d’idées peuvent ainsi être sources de conflits au sein de l’entreprise.

La crainte d’un backsourcing impossible

Par le mot backsourcing, l’on veut parler de réinternalisation. La réinternalisation du SAV peut s’avérer être un véritable casse-tête au regard des différentes contraintes y afférentes. Recourir à la réinternalisation appelle à une prise en compte globale et minutieuse des coûts de gestion. C'est une activité très peu facile à évaluer.

Lire :   Dois-je souscrire une assurance professionnelle auto entrepreneur si je suis déjà couvert par une assurance privée ?

Le backsourcing est d’autant plus difficile, car les entreprises privées ou les prestataires s’y opposent. Cette action leur fait perdre des marchés ou des contrats. Il s'ensuit donc une série de litiges judiciaires entre les deux partis.

En somme, pour toute entreprise, la fidélisation de la clientèle est primordiale. Certaines entreprises utilisent le Service Après Vente pour y parvenir. En fonction de leurs besoins, ces sociétés confient la gestion de leur SAV à des prestataires externes. L’attribution de la gestion aux externes n’est pas sans inconvénients.